Le danger public est un peu loser et un peu comme tout le monde

    TGI-Bobigny-Dossier (GETTY) Dans une chambre correctionnel au TGI de Seine-Saint-Denis à Bobigny (GETTY)

    Le prévenu qui comparaît devant la chambre correctionnel du tribunal de grande instance de la Seine Saint-Denis reconnaît les faits qui lui sont reprochés.

    Sur la papier, les chefs d’accusation sont simples: conduite en état d’ivresse et sous l’emprise de stupéfiant. Endormissement au volant. Carambolage avec deux véhicules roulant en sens inverse. Pour cela, le procureur de la République requiers 600€ d’amende et une suspension de permis de six mois -il n’y eu aucune victime. A quarante kilomètres par heure, les dégâts matériels sont limités. La réalité est plus fine.

    Quadragénaire, intérimaire, vivant chez sa mère, le prévenu explique qu’il n’a pas souvent l’occasion de voir des amis. La présidente du jury lui arrache -il ne semble pas douer pour s’appitoyer sur son sort- qu’il n’a pas beaucoup de temps à leur consacrer. Cette fois, c’est décider, il arrête de leur dire non.

    Une fois les quatre bières et le verre d’alcool fort bus, à mi-chemin entre son lieu de travail et son domicile, il est « coincé ». Il doit rapporter l’utilitaire de fonction qu’il conduit -il n’a pas les moyens d’avoir sa propre voiture. Et puis il doit bien retourner travailler le lendemain. Il a reçu une bonne leçon de la vie ce jour là: heureusement que personne ne s’est blessé pour le lui permettre.

    Son avocat en profite. Il rappel qu’intérimaire sans permis, il a peu de chance de se voir reproposer du travail de si tôt. Et que sa mère, avec une retraire misérable, compte sur lui pour payer le loyer.

     Au moment de l’arrestation, de très faibles quantités de cannabis sont retrouvées dans son sang. Suffisamment pour être « contrôllé positif ». Ce n’est pas un fumeur régulier, loin de là. Pourquoi faire ? Lui, il va bien. Il a une responsabilité, peu d’argent et un métier qui lui demande beaucoup de concentration. Simplement, quelques jours plus tôt, il rencontre un voisin, un peu désoeuvré, qui fume devant chez lui. Sociable, généreux, le prévenu ne dit pas non à ce qu’on lui propose: un moment partagé avec un inconnu qui s’ennuie.

     Le procureur, fidèle à son poste, pratique ce qu’il connaît le mieux. Il rappelle que les valeurs de la République sont incompatibles avec tant de bonne foi, et que l’homme est dangereux.

      Laisser un commentaire

      Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.